SOA sans ESB

esbUn de mes clients m’a récemment poussé cette vidéo de Martin Fowler et Jim Webber sur une présentation acide sur la SOA et son outillage. Je vous partage ma vision.

En résumé, Martin et Jim attaquent là où ça fait mal: au niveau de l’agilité des processus de construction des intermédiations et sur la complexité des outils. Leur constat est (était?) le suivant:

Middleware propriétaire Technologies Web Centriques
– Non performant
– Coûteux
– Risqué
– Echelle de l’entreprise
– Spécialisé
– Intégration est une activité à part en tiers
– Design évolutif
– Delivry continue
– Pas couteux
– Incrémental
– Croix avec internet
– Intégration contrôlée par le consommateur

En un mot, ils préconisent la mise en oeuvre d’une démarche de services sans ESB car ils portent une complexité trop importante à contrario de l’approche Web. A ce propos, est-ce l’origine de la vague d’API Management actuelle ?

Bref, je comprends complètement leurs critiques. Pour être franc, j’ai moi-même connu des mastodontes tant sur leurs besoins en ressources matérielles que sur leur incapacité à évoluer. Mais…

Lire la suite

SOA as a Service

L’utilisation de ressources IaaS et PaaS posent de nombreux problèmes d’interconnexion entre les parties prenantes d’un Système d’Information. Dans cet article, je vous propose une vision simplifiée d’une démarche de transformation de votre SOA en un service externe « SOA as a Service ». Elle vous permettra de mettre en oeuvre une infrastructure AWS, Azure, etc. pour vos solutions actuelles SOA et BPM.

Outre la question financière, la principale motivation de cette évolution est de bénéficier de l’élasticité de ces offres XaaS. La SOA et le BPM, au cœur du Système d’information, doit aussi en bénéficier afin d’évoluer et de s’adapter aux contraintes de trafic et de charges exceptionnelles.

Comme exemple, j’utiliserai d’un cas d’école simple et représentatif avec ses 4 couches applicatives:

  1. Le navigateur des utilisateurs
  2. L’ application Front-End qui agrège les informations métier pour générer une vision contextualisée
  3. La partie SOA avec:
    1. le bus d’entreprise (ESB) qui virtualise et routent les services métier
    2. l’orchestrateur SOA qui gère la complexité des enchaînements entre les services du SI
    3. le moteur BPM qui porte les workflows métier
  4. Le Back-Office qui expose des services techniques, métier ou utilitaires sur des technologies variées.
Architecture du cas d'exemple
Architecture du cas d’exemple

Cette représentation reste valable pour N applications web dans la partie Front-End et N applications dans la partie Back-End. Les technologies sous-jacentes sont sans impact tant qu’elles communiquent avec des protocoles standards HTTP comme SOAP ou REST.

La démarche d’externalisation des solutions SOA s’articule autour de 2 contraintes fortes: la sécurité et la performance. Il est évident que les flux qui transitent en dehors des réseaux de l’entreprise doivent être sécurisés. Par exemple, la sécurité des flux provenant du Front-End et du Back-End doit être maximale… même au détriment de la performance. Cette dernière bien qu’importante, se doit d’être acceptable pour l’utilisateur.

Lire la suite